Est-ce à force de tourner, d’avoir la tête en bas, de voir le monde autrement, “à l’envers”, que ce personnage a fini par devenir “Fou” ?

Accompagné par sa propre musique, il vit à la fois sa relation à la Roue et au public, spontané et espiègle, touchant et interrogeant….

En langue des oiseaux, le mot “Fou” s’inverse, donnant “ouf”. Le personnage du Fou serait donc celui qui nous permet de pousser un “ouf” de soulagement, car il représente celui qui ne s’inscrit pas dans le conformisme, le “politiquement correct” du moment.

D’un point de vue étymologique, le terme vient de “follis”, un ancien soufflet à l’usage du feu. Le Fou serai donc en mesure d’attiser notre feu intérieur…Feu “sacré” capable de consumer nos habitudes, nos croyances. Le personnage nous illumine de l’intérieur, et nous fait toucher du doigt une sagesse qui ne laissait pas présupposer sa “folie” apparente…

Dans les jeux de cartes (où il est représenté par le Joker) et dans le Tarot, le Fou est celui qui casse la règle du jeu, capable de créer la surprise à tout instant. Il trouble l’ordre établi, en douceur, nous donnant droit à un “Joker”. Cet aspect se retrouve dans le spectacle, dans la capacité du personnage à sortir des codes, briser la barrière pour aller toucher, questionner, interroger le public…

Un spectacle plein d’humanité, une petite bulle de “folie” passagère qui, espérons-le, illuminera un peu plus chacun d’entre nous…